Engagement de l’épaule et hanche opposée

La marche est déclenchée par la hanche et l’épaule opposée mais la marche urbaine fait qu'aujourd’hui

la majorité des personnes ne se servent plus des épaules pour marcher. Sans engagement des épaules

le mouvement de marche nordique n'est pas complet et la propulsion est donc limitée.

Pour vous aider à engager les épaules avancez la main, bras tendu, comme pour dire bonjour, le mouvement

se terminant face au nombril. Automatiquement sans vous en rendre compte vous allez progressivement

engager votre hanche et l’épaule opposée.

Le mouvement de propulsion va pouvoir partir depuis loin devant jusqu'à loin derrière à condition de

ne jamais plier le coude pendant la complète exécution du mouvement.

 

Propulsion

Debout, pieds joints, vous avez placé vos bâtons dans le bon angle d'attaque bras tendus vers l’avant. Prenez appui sur les poignées des bâtons sans plier les coudes. Votre corps sera automatiquement propulsé vers l'avant. C'est l’impression que vous devrez ressentir en alterné sur chaque bras lorsque vous allez pratiquer en marche nordique.

 

 

Retour des bâtons depuis l’arrière vers l’avant

Au départ vos pointes de bâtons doivent rester en contact permanent avec le sol pendant toute l'exécution

de ce mouvement. Les pliages de coude provoqueront des mouvements désordonnés qui modifieront

l'angle d’attaque sur l’avant et la qualité de votre coordination. Les pointes de bâtons qui se soulèvent

peuvent aussi revenir dans vos jambes et vous risquez de chuter.

 

Allongement de la foulée

En marche nordique, il est important d’allonger la foulée car naturellement l'avancée des bras va progressivement s'adapter à la longueur des pas. C'est kinesthésique. C'est un bon moyen d'ailleurs pour se mettre en coordination bras/jambe en allant s'il le faut jusqu'à la course. Celle-ci déséquilibrera votre corps en avant qui par réflexe se coordonnera rapidement pour vous éviter la chute.